Château de La Boétie, Manoir de Gisson, cathédrale de Saint-Sacerdos, chapelle des Pénitent bleus, place de la Liberté… Sarlat-la-Canéda figure parmi les villes françaises les plus riches en patrimoine. Cette forte concentration de joyaux architecturaux – essentiellement des châteaux, des logis de maîtres ou des édifices religieux – lui vaut d’ailleurs d’être labellisé « ville d’art et d’Histoire ». La destination est d’autant plus attrayante que les différents édifices sont parfaitement conservés – a-t-on besoin de rappeler au passage que la valorisation du patrimoine fait partie des principaux critères qui justifie que Sarlat fasse partie des « plus beaux détours de France » ? En plus de Sarlat, nous parlerons aussi dans cet article des villages pittoresques, chargés d’Histoire eux aussi, dans les alentours, et plus précisément ceux qui font partie des « plus beaux villages de France ».

Sarlat-la-Canéda, « ville d’art et d’Histoire »

La cité médiévale est, comme évoqué en introduction, une des plus grandes concentrations des sites et monuments historiques de France. Le patrimoine inclut notamment des châteaux et des édifices religieux – il n’est au demeurant pas rare qu’un hôtel Sarlat-la-Canéda soit aménagé dans une vieille bâtisse médiévale (souvent un ancien corps de ferme) ou que la façade d’un restaurant soit décorée dans un style vintage de manière à ce que l’établissement épouse le style architectural des vieux bâtiments historiques.

Sarlat-la-Canéda compte en tout cas des dizaines de monuments historiques classés. Bon nombre d’entre eux sont des édifices religieux, dont la cathédrale Saint-Sacerdos (place du Peyrou), l’ancienne église Sainte-Marie (place Boissarie), la chapelle des Pénitents blanc (rue Jean-Jacques-Rousseau) ou encore la chapelle Benoît (cour du Cloître).

A cela s’ajoute les nombreux monuments historiques inscrits. Parmi les édifices les plus connus, on peut notamment citer la chapelle de Notre-Dame-de-Bon-Encontre (rue Jean-Jaurès), le château de Campagnac, le château de La Boétie ou la Croix de la Bouquerie (place de la Bouquerie).

La visite guidée est un des meilleurs moyens pour plonger dans le passé médiéval de Sarlat et du Périgord. Cela permet d’ailleurs de gagner du temps, en s’assurant de ne rater aucun site ou monument incontournable. Pour les personnes qui n’ont pas beaucoup de temps devant elles, elles peuvent toujours opter pour une promenade tranquille, d’une heure ou deux, dans les ruelles pittoresques du centre historique. A défaut de ne pas pouvoir visiter de nombreux édifices, on peut ainsi admirer différents styles de façades, en particulier celles des édifices religieux.

Les « plus beaux villages de France » autour de Sarlat

Les villages des environs de Sarlat se caractérisent d’abord par le fort attachement des habitants à leurs traditions. Cela se manifeste particulièrement lors des fêtes, souvent liées à la gastronomie. La même ferveur pour les fêtes gastronomiques se ressent d’ailleurs aussi dans la cité médiévale. Ce n’est pas certainement pas un hasard si le nombre de visiteurs à Sarlat augmente significativement à l’occasion de grands événements tels que la fête de la noix, la fête des truffes, la « Fest’oie » ou les journées du terroir…

Collonges-la-Rouge, La Roque-Gageac et Beynac figurent en tout cas parmi les villages les plus visités autour de Sarlat. Ces cités historiques sont d’autant plus attrayantes qu’elles sont labellisées « plus beaux villages de France ».

Collonges-la-Rouge est bâti sur la faille géologique de Meyssac et doit son nom au grès rouge qui lui donne un charme pittoresque. Etape secondaire pour une randonnée vers Rocamadour ou Saint-Jacques-de-Compostelle, le village a connu ses heures de gloire à l’époque où elle jouissait du statut de villa franche de la Vicomté de Turenne. La cité prospérait alors grâce à la production vin. Le commerce vinicole était suffisamment florissant pour permettre aux Collongeois de bâtir maisons, castels et hôtels particuliers, autant de vestiges historiques qui frappent aussi par la prolifération de détails architecturaux.

Beynac, lui, de par sa configuration, affiche clairement son passé militaire, ayant servi, à l’instar de Sarlat d’autres cités du Périgord, de place forte pour contre les avancées des troupes anglaises lors de la Guerre de Cent Ans. Cette époque est notamment incarnée par le château fort qui surplombe la rivière et la vallée. De nos jours, les visiteurs en profitent pour apprécier la beauté des paysages alentour. Rappelons également que cette forteresse médiévale fut le théâtre d’affrontements meurtriers entre partisans du roi de France et ceux qui s’étaient ligués aux côtés du roi d’Angleterre.

On termine avec un village niché dans la falaise, La Roque-Gageac. De petites rues au pied de la falaise en question mènent au sommet du village. Celui-ci affiche un décor authentique composé notamment de maisons aux façades blanches et ocres. On peut également y admirer un magnifique jardin exotique ou visiter le Manoir de Tarde, un joyau datant de la Renaissance qui se dresse majestueusement dans le cœur du village.